31/10/2008

Survol du Livre V


 

  CINQUIEME LIVRE DES PSAUMES

 
Ce cinquième livre des Psaumes conduit de l’expression de la confiance en Dieu, des paroles de foi donc, à une anticipation de cette marche du retour, le "retour à Jérusalem", le rétablissement d’Israël selon la promesse, ainsi que les prophètes en ont abondamment parlé, en particulier lors des grandes souffrances que le peuple endura sous la puissance assyrienne, et surtout lors de l'exil à Babylone, lorsque le Premier Temple fut détruit par les armées de Nabuchodonosor. Il faut réaliser combien grande fut la douleur de nombre d'Israélites touchés profondément dans leur sentiment national, et leur stupeur de voir anéantie leur espérance, leur foi dans les promesses de Dieu, leur confiance dans l'avènement du "Fils de David" introduisant le règne de paix et de justice... Et ils apprennent alors, par les prophètes qui leurs furent donnés, que les promesses de Dieu ne peuvent être annulées, que le Messie d'Israël viendra...
 
Il se développe alors une foi renouvelée dans cet avenir radieux. Ce sera, dans les "Cantiques des degrés", un parcours étape par étape, depuis les yeux s'ouvrant sur les chemins de la délivrance, jusqu’au moment où l’unité du peuple est retrouvée.
 
Le livre se termine alors par la louange. Une louange modulée de diverses manières en plusieurs Psaumes chantés à la gloire de Dieu.

 
Psaumes 107 à 119 ­- Confiance en Dieu

Le livre commence pour ainsi dire comme le précédent se termine : un appel à célébrer la bonté de Dieu. Le regard de la foi étant porté sur le support de Dieu le Miséricordieux, il est marqué de façon toujours plus pressante sur la rédemption du peuple(Actes 1:6, 3:21, Romains 11:25-29, Hébreux 4:9).

Psaumes 107 à 110 ­- De l'errance au Messie
Ces quatre Psaumes sont comme une méditation conduisant des délivrances, présentés de la manière la plus générale, à l'avènement de Celui qui apporte la délivrance finale, l'accomplissement des "promesses faites aux pères"(Romains 15:8).

Psaumes 111 à 113 ­- Louez le Seigneur
Ces trois Psaumes expriment la foi, dans sa ferveur et sa simplicité, sans aucune évocation de circonstances. C’est la vie de la foi telle qu’elle se vit en tous temps.
 
Tout d'abord, il est parlé des œuvres merveilleuses de Dieu. Le croyant y verra, suivant le temps où il se trouve, l’événement déterminant qui fonde sa foi. Ce sera le souvenir de la sortie d’Égypte pour l’Israélite sous la royauté,mais probablement la reconstruction du Temple pour ceux d'après l'exil à Babylone… Pour le chrétien il y a la Croix, l’événement au centre de l'histoire de l'humanité, que la Psalmiste et le Prophète pouvaient pressentir, comme nous le voyons notamment au Psaume 22 et en Ésaïe 53.Le Psaume suivant met en exergue la lumière qui brille dans les ténèbres. Comment ne pas souligner, en effet, ce commencement de la révélation de Dieu tel que nous le présentent Genèse 1:1-2:3 et Jean 1:1-18. La lumière brillant dans les ténèbres, et les "fils de lumière"(Jean 12:36, 1 Thessaloniciens 5:4-5),témoins de l’œuvre de Dieu par la qualité de leur vie journalière.Et dans le troisième Psaume, la foi proclame sa confiance dans ce grand fait : Dieu regarde des cieux et marque d'un sceau son approbation de la vie de ceux qui marchent avec Lui.

Psaumes 114 à 118 ­- Exhortations à se confier en Dieu
La confiance se puise dans la mémoire des délivrances passées, pour se maintenir jusqu’au bout du chemin. Et de la confiance jaillit la louange.Nous trouvons ici un appel à louer le Seigneur Dieu, exprimé par celui qui a goûté sa bonté, sa bonté dont il a l'assurance qu'elle demeure à toujours !
Psaume 119 ­- La Parole de Dieu
Le Psaume 118 se termine par la louange à Dieu qui a donné la lumière ! Cette lumière est ici célébrée. La Parole de Dieu opère pour l'édification et l'encouragement jusqu’à devenir la joie du croyant… On y distingue des états d’âme variés, de l’affliction et même la lassitude profonde à l’élévation du cœur dans la confiance, pour revenir à l'état de bonheur, debéatitude, qu'est la paix du cœur.
 
Psaume alphabétique. Parmi les sept Psaumes qui portent ce caractère (25,34,37,111,112,119,145),celui-ci est le plus remarquable. Il est composé de vingt-deux strophes de huit versets commençant chacun par une même lettre de l’alphabet hébreu.
 
La Parole de Dieu.Le texte lui-même fait apparaître, à chaque verset, à l'exception de quatre seulement, une et quelques fois deux références à la Parole, la Loi, les Commandements... en exploitant huit ou neuf expressions.
 
En citant "la Parole de Dieu", plus de quarante fois, le fidèle exprime ce qui le réjouit, à savoir que "Dieu a parlé". C'est là une réalité extrêmement importante pour un humain sur la terre, savoir que Dieu s'adresse à l'homme pour lui faire connaître sa pensée, comme nous pouvons le lire dans la Loi et les Prophètes (Hébreux 1:1-2).Avec l'expression "les témoignages de Dieu", nous avons une pensée fort proche.
 
Dans l'ordre de fréquence, nous trouvons ensuite "la Loi", toujours au singulier, expression généralement employée par le Psalmiste pour souligner le bonheur qu'il atrouvé en entrant volontairement dans le plan de Dieu, en ayant fait le choix de marcher selon ce qui Lui plaît, selon sa Loi. Le fidèle marche "dans la loi", il fait de ce chemin ses délices. Dans le même sens nous lisons deux fois "les voies", autrement dit le chemin proposé par le Seigneur.
 
Ensuite nous voyons les "statuts" et les "préceptes", des indications positives de la "loi" révélée, comme aussi les "commandements" et les "ordonnances". Le Psalmiste évoque ainsi sa pratique heureuse des différents points de la Loi de Moïse.
 
Et enfin, le Psalmiste se penche sur les "jugements de Dieu", car tout hommeest placé devant cette réalité incontournable : il devra rendre des comptes (Romains 14:12)devant Celui dont le fidèle dit qu'il est "juste et droit dans ses jugements" (vers.137).

Psaumes 120-134 ­- Cantiques des degrés

Il n'est de véritable foi que personnelle. La confiance en Dieu, l'adhésion à ses préceptes, la conviction de ses promesses ne peuvent être que dans le cœur, en une adhésion au plan de Dieu que l'on vit intensément en soi-même et qui produit son fruit(Matthieu 13:23, (Jean 15:1-5). Cette réalité est omniprésente dans la première partie du Livre Cinquième des Psaumes,mais la dimension verticale n'est pas seule ; il y a l'horizontale. Nous le lisions déjà au Psaume 119(vers.63,74,79). Les croyants se reconnaissent entre eux et sont naturellement portés à marcher ensemble, par delà les divisions résultant de l'action humaine au sein même du Royaume des cieux (Matthieu 13:24-30).
 
Cette deuxième section du Livre illustre le mouvement profond et puissant d'âmes qui désirent et attendent l'accomplissement des promesses dans une foi partagée et les regards tournés ensemble dans une seule direction : "Sion", le lieu porteur de toute l'espérance d'Israël. "La montagne de Sion qui ne chancelle pas, qui demeure à toujours"(Psaume 125:1).
 
Fin d'exil. Ce petit recueil de quinze Psaumes n'est pas le fruit d'une composition poétique unique, par un seul auteur. Il est, comme chacun des cinq Livres des Psaumes, une compilation de cantiques de diverses sources, agencés ici pour délivrer un message pour le temps où ils ont été ainsi rassemblés. Ensemble, ils exprimentla foi qui anima les fidèles d'entre les Israélites, ceux d'entre eux qui connurent une profonde détresse, celle de l’exil, souffrant de la privation de leur sanctuairenational et attachés aux principes de vie induits par la Loi de Dieu, et qui répondirent à l'appel des prophètes de la fin de l'exil, tels que nous les lisons en(Ésaïe 40 à 66).Notons que, parmi les centaines de milliers de Judéens établis en Babylonie et au-delà, quelque cinquante mille seulement remontèrent en Terre d'Israël pour reprendre le flambeau du témoignage confié à leurs pères(Esdras 2:64).
 
Une montée. Comme on monte en un lieu élevé, d’étape en étape, les Cantiques des degrés furent paraissent bien avoir été ordonnés pour la louange lors de la montée au Temple de Jérusalem. Quinze Psaumes, comme il y a quinze marches pour monter au Temple messianique qu’a décrit le prophète Ézéchiel lors de la grande vision qu’il eût à Babylone, quatorze ans après que le premier Temple ait été détruit par les armées de Nabuchodonosor. Ézéchiel vit sept marches pour accéder au parvis extérieur, et huit encore pour passer de ce lieu au parvis intérieur (Ézéchiel 40:22 et 31).
 
Psaumes messianiques. Ces cantiques étaient donc chantés au Second Temple, un Temple modeste construitsur les fondations du Temple de Salomon, non pas sur le modèle plus majestueux que vit Ézéchiel, lequel est en relation avec la renaissance du peuple tout entier aux temps messianiques. Cependant c'est bien cet avenir qu'évoquent ces cantiques, le rassemblement des Douze Tribus autour du Messie et l'établissement de son règne. Quand le temps sera là, les fidèles parmi les fils d'Israël se trouveront dispersés dans "les pays de l'aurore" (Ésaïe 24:15,Ézéchiel 36:24-28), et ils renouvelleront leur attachement aux promesses attendant la délivrance. C'est le résidu dont parle le prophète Ésaïe (Ésaïe 10:20-22,Romains 9:27). Et ils iront vers une nouvelle vie autour du Messie... Les textes prophétiquesparlent de ce résidu comme d'un "peuple qui naîtra"(Psaume 22:31,Ésaïe 66:7-12).
 
Des cantiques d'espérance.Ces Psaumes évoquent les Israélites qui remonteront à Sion selon la promesse, le faisant "de degré en degré" dans un profond travail spirituel, jusqu’à être un peuple uni dans la paix(Ézéchiel 37:21-22,Psaume 133),le cœur rempli de la louange de Dieu.Ils partent du cri de détresse du Psaume 120 pour exulter dans la louange dans la maison de Dieu au Psaume 134, de l’attente confiante du secours à la sécurité dans l’enceinte sacrée, en ayant un regard prophétique sur Celui qui "reviendra, portant ses gerbes", le Rédempteur qui accomplira les promesses (Psaume 126:6).

 
Psaumes 135 à 150 ­- Hymnes et Célébrations

Dans cette portion du Livre, nous pouvons discerner trois groupes de Psaumes. 135-136 : prolongement de l'exhortation à louer l'Éternel que nous lisions en finale du recueil des "Cantiques des degrés" (Psaume 134). 137-145 : introduits par un Cantique de souvenir, le souvenir douloureux de ce que les Judéens connurent à leur arrivée en exil, nous trouvons l'expression d'un profond travail dans le cœur et la conscience. 146-150 : Cantiques de louange célébrant la gloire de Dieu.

Psaumes 135 et 136 ­- Célébrations dans la Maison
Les Cantiques des Degrés ont conduit pas à pas vers les expressions de louange duPsaume 134, en fait plutôt un appel à la louange. AuPsaume 135, nous retrouvons ces exhortations, exprimées dans les mêmes termes, mais encadrant ici les motifs, les thèmes de ces paroles de reconnaissance. Le Psaume 136 reprend ces mêmes thèmes en soulignant à chaque verset "la bonté de Dieu qui demeure à toujours",chantant, comme le précédent les œuvres de Création, la sortie d'Égypte et le don de la terre de Canaan aux fils d'Israël, mais dans l'évocation d'une bénédiction qui s'étend à la terre entière.
Psaumes 137 à 139 ­- Actions de grâce
Après les Cantiques des degrés, expression de l'attachement à Sion et de la montée au Temple, et les cantiques de louange qui les complètent, nous sommes devant une nouvelle section du Livre. Et ces Psaumes, partant du désert moral de Babylone, conduisent, au travers d'exercices de cœur et de conscience, jusqu'à la louange et l'exaltation de la bonté du Seigneur Dieu. Cris à Dieu à l'égard de l'oppresseur, appels à la miséricorde aussi, le fidèle demandant d'être conduit "dans la voie éternelle" (Psaume 139:24), d'être enseigné "à faire ce qui te plaît"(Psaume 143:10),pour exprimer alors la louange.
 
Pour la composition de ce livret bien ordonné, il a été fait appel à des "Psaumesde David", l'histoire de ce jeune homme qui devint roi étant, pour l'Israélite comme aujourd'hui pour tout croyant, un modèle de foi vécue fidèlement au travers des épreuves.
 
Cette section des Psaumes reprend en quelque sorte la situation du désert, celle dans laquelle le Seigneur travaille aujourd’hui (Osée 2:14-15, Jean 5:17) pour conduire l'homme, le racheté, à la bénédiction.
Psaumes 140 à 145 ­- Appels à Dieu
Le six Psaumes de David que l'éditeur de ce recueil a rassemblés ici, probablementau temps du retour de Babylone, paraissent bien dater du temps de la douleur de David, lorsqu'il dût fuir de devant Saül. Cris de douleur lorsqu'il n'y avait plus de secours (140, 141,142),mais aussi des cris de foi, de confiance, où le fidèle exprime combien il a "soif de Dieu", étant pourchassé dans les lieux désertiques (143). Cette série de Psaumes est en soi un encouragement pour les croyants de tous les temps. Aux appels à Dieu succède la louange, dans l'affirmation de l'Éternel est le Rocher sur lequel le fidèle peut se reposer (144,145). Et cette louange tournée sur les bénédictions du peuple, au premier de ces Psaumes,est poursuivie par la contemplation des voies de Dieu pour tout homme...
Psaumes 146 à 150 ­- Louez le Seigneur !
La louange est d’abord personnelle, et ces engagements personnels conduisent àla louange collective de ceux qui sont attachés à l'Éternel. Ensemble ils célèbrent sa bonté. C’est ici la louange de ceux qui ont part au Royaume de Dieu, cette sphère de la foi"ici et maintenant", et elle se poursuit, dans l'anticipation de la foi, par la célébration du rétablissement de Jérusalem et du règne du Messie d’Israël.
 
La Bible des LXX, traduction en grec réalisée aux 3ème et 2ème avant notre ère, et reconnue pour sa fiabilité, attribue explicitement les Psaumes 146, 147 et 148 à Aggée et Zacharie, prophètes qui encouragèrent les réchappés de Babylone dans leur travail de reconstruction du Temple.

01:00 Écrit par Eric dans L Survol du Livre | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.