31/10/2008

Survol du Livre III


 

  TROISIEME LIVRE DES PSAUMES

 
Psaumes 73 et 83 ­- Psaumes d'Asaph

Entre autres services pour l’ordonnancement des cérémonies et la garde du Tabernacle, puis du Temple – tous services confiés à la famille des Lévites – il y avait les chantres (1 Chroniques 9:33). Les livres historiques citent trois hommes auxquels cette tâche fut confiée : Héman, Asaph, et Éthan (1 Chroniques 15:19). Outre leur charge de direction du chant, il semble que l’on puisse dire qu’ils composèrent des Cantiques, à moins que la mention de leur nom fasse référence à la musique sur laquelle ces paroles doivent être chantées. C’est ce que donnent à penser les circonstances citées, notamment le Temple ravagé par les flammes, ce qui pourrait dater le Psaume 74 de l’exil à Babylone. Ici, nous trouvons une série de onze Psaumes où figure la mention d’Asaph, comme nous l’avons déjà rencontrée au Psaume 50, expression d’attente de la restauration d’Israël.
 
Les exercices de foi, comme il en est des Psaumes en général, font passer le croyant de l’expression de la souffrance (Psaumes 73 à 76) sublimée ensuite par la confiance en Celui qui apporte la délivrance (Psaumes 77 à 79), ce qui s’exprime alors dans une supplication au Berger d’Israël (Psaumes 80 à 83).

Psaumes 73 et 76 ­- Souffrances et délivrance.
Cette section conduit le fidèle de la considération de ses propres difficultés, sa faiblesse dans l’épreuve. Nous voyons que sa confiance a été ébranlée un temps, jusqu’à envier le "méchant" auquel tout paraît réussir…
Psaumes 77 à 79 ­- Les sentiments du fidèle
Les Psaumes précédents conduisent l'esprit dans la pensée de la délivrance à venir.Cellec-ci n'est pas encore ! Il y a ici une instruction sur les actes de Dieu et les errements des hommes, les infidélités et aussi la reconnaissance du juste jugement.
Ces Psaumes constituent un appel à la délivrance de la part de ceux qui sont "le troupeau de sa pâture".
Psaumes 80 à 83 ­- Appels au Berger d’Israël
La mention du "troupeau de sa pâture"(Psaume 79:13), conduit à un appel pressant au Berger d’Israël, à Celui qui seul peut sauver, et qui le fera à cause de la gloire de son nom…

 
Psaumes 84 et 89 ­- Béni soit le Seigneur

Ces cantiques expriment de façon tout à fait particulière l’espérance du croyant et son attente confiante de la bénédiction promise. Le Psalmiste nous fait considérervers où se porte son regard, le regard intérieur de la foi : le regard tourné vers Dieu sur qui il s’appuie dans l’assurance sa bonté. Cette fresque s’achève par les cantiques d’Héman et d’Ethan, les chefs de chœur établis au temps de David (1 Chroniques 15:16-17) ; le second de ces cantiques répondant au premier, la louange "Béni soit l’Eternel !"répondant au cri douloureux de l’affligé : "Je crie à toi".
 
Nous y trouvons la paix du cœur que connaît celui qui s’appuie sur la bonté de Dieu, celui qui reçoit et goûte ce qui est dit notamment en 1 Jean 3:1-3 et Philippiens 4:4-7. Des passages clés pour avancer jour après jour dans le chemin de la vie.

Psaumes 84 à 87 ­- Les demeures de l'Eternel
Le Psalmiste évoque ce lieu de paix, les "demeures de l’Éternel", pour se concentrer sur cette habitation spirituelle que représente Sion. Le fidèle ressent être loin du lieu de la bénédiction, et nous pouvons bien penser qu’il n’a pas accès au Temple… Mais il discerne alors ce qui est réellement la présence de Dieu pour lui, comme nous lisons : "le Seigneur est proche" (Philippiens 4:6). Jusqu’à ce que soit énoncée la confiance dans la bénédiction de Dieu sur celui dont Il peut dire : "Il est né en Sion" (Psaume 87).

Psaumes 88 et 89 ­- Instructions
Deux Psaumes explicitement destinés à instruire ! Le premier expose les questionnements d’un homme qui éprouve des souffrances dans son chemin d’homme. Des interrogations communes en ce monde, et qui attestent que la vie d’un croyant n’est pas facilitée par le fait de sa foi ! "Croire en Dieu", pas plus que "Croire Dieu" - chacun saisira aisément la différence entre ces deux situations - n’est jamais un "talisman" pour la vie… L’homme doit parcourir sa vie d’homme, et il n’y a pas une égalité fondamentale entre les hommes… Mais la réponse est dans le Psaume suivant : il y a un lot commun pour les hommes qui ont mis leur confiance en Dieu ! Ce Psaume tourne le regard de celui qui le lit, de celui qui le chante, vers ce qui est ineffable : la bonté et la fidélité de Dieu !
 
Composés l'un par Héman, l'autre par Éthan, hommes de la famille des Ezrakhites (1 Rois 4:31), chargés du chant dans les services au Temple, leur composition pourrait dater soit du temps où David fut chassé du trône par son fils Absalom, soit d'une période postérieure à la vie de David, car ils expriment un temps de douleur bien marqué.Nous pourrions, du reste, disposer d'un texte fondé sur des paroles d'Héman et Éthan, complétée longtemps après, pour refléter les souffrances du peuple sous le coup de la puissance des grandes nations qui l'entourent (89:50).

03:00 Écrit par Eric dans L Survol du Livre | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.