20/08/2008

Ps.32 Bienheureux...


 

Psaume 32 - Bienheureux l’homme dont …
 
De David. Instruction.

Le Psalmiste évoque sa propre expérience avec son Dieu. Les premiers versets en donnent en fait la conclusion. Et ensuite vient l’exposé : le silence de celui qui, dans la peine, s’assume seul, se confie lui-même en Dieu et est alors conduit dans la paix et la joie. Voyons ces "béatitudes" !

1 Bienheureux celui dont la transgression est pardonnée, et dont le péché est couvert !
2 Bienheureux l'homme à qui l'Éternel ne compte pas l'iniquité [Romains 4:7-8], et dans l'esprit duquel il n'y a point de fraude.

"Bienheureux…" Nous pourrions aligner les "bienheureux" de l’Ecriture, apprécier leur nombre, et il est grand… Mais plus important est de s’attacher au sens du mot. Il s’agit d’un bonheur présent, actuel, vécu par un homme qui, ayant sa confiance en Dieu, traverse les circonstances de tous les hommes… Dans ces nombreux passages, comme aussi pour les "béatitudes" de l'Evangile (Matthieu 5:3-11), il s’agit avant tout de l’expression d’une attitude dans la vie, des motifs qui font vivre. Une attitude, des motifs, une confiance qui apportent la paix de l’âme, une vraie joie, et ce bonheur évoqué. Bonheur dans les circonstances vécues, telles qu’elles sont, dans l’abondance comme dans la privation (Philippiens 4:12), dans la privation de liberté comme dans la liberté… Pas facile, dirons-nous ! Surréaliste pour certains… Et il faut admettre la difficulté, mais il est une paix de l’âme que le Seigneur apporte à celui qui se confie en Lui… Revenant à notre Psaume, nous lisons ce que ressentait l’homme qui ne voulait pas se tourner vers Dieu : "Quand je me suis tu…"  Et qui sera suivi d’un grand changement : "Je t’ai fait connaître…" (vers.5).

3 Quand je me suis tu, mes os ont dépéri, quand je rugissais tout le jour,
4 Car jour et nuit ta main s'appesantissait sur moi ; ma vigueur s'est changée en une sécheresse d'été.   (PAUSE)

Une pause afin que nous nous arrêtions à notre tour, fixant ce qui vient d’être exprimé… Nous pourrions faire le parallèle avec le fils prodigue de la parabole (Luc 15:16)… Au plus profond de sa misère, il se réveille, il revient à la vie, il se tourne vers le seul secours…

5 Je t'ai fait connaître mon péché, et je n'ai pas couvert mon iniquité ; j'ai dit : Je confesserai mes transgressions à l'Éternel ; et toi, tu as pardonné l'iniquité de mon péché.   (PAUSE)

Il se propose en son cœur une démarche fondamentale : "J’ai dit…" Comme le fils prodigue qui se dit en lui-même : "Je me lèverai et je m'en irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j'ai péché contre le ciel et devant toi…" (Luc 15:18). Non pas une démarche collective, une adhésion à un mouvement, ou encore une réflexion doctrinale, mais la conscience d’une nécessité qui s’impose à son âme. Notons la profondeur de la parabole, une histoire extrêmement éloquente pour enseigner… Ici, nous lisons les conclusions de l’expérience d’un homme qui vécut, et qui composa ce cantique…
 
Après cette nouvelle pause, vient l’instruction. D’abord une réflexion personnelle dans laquelle le Psalmiste étend son expérience propre à l’ensemble des hommes, car tous ont à connaître l’expérience de ce "retour à Dieu" et de la protection qui alors enveloppe quiconque met sa confiance en l’Eternel.

6 C'est pourquoi tout homme pieux te priera au temps où l'on te trouve ; certainement, en un déluge de grandes eaux, celles-ci ne l'atteindront pas.   (PAUSE)

"Au temps où on te trouve…" Cette parole peut paraître énigmatique ! Dieu peut-il se cacher pour qu’on ne le trouve pas ? Nous trouvons la réponse à ces questions notamment dans la Loi et les Prophètes (Notamment Deutéronome 4:29, Jérémie 29:11-14). Ces deux passages évoquent des temps de désolation, la dispersion d’Israël, et son résultat : l’homme pieux comprend où se trouve son secours, et le cherche… Dans le livre d’Ésaïe, en un passage qui n’est pas du prophète lui-même, mais datant de l’exil à Babylone, il est écrit : "Cherchez l'Éternel tandis qu'on le trouve ; invoquez-le pendant qu'il est proche" (Ésaïe 55:6). Quand Dieu parle, il est temps de répondre… Nous lisons cela aussi dans l’Evangile  (Matthieu 5:25). Après la mort, il n’est plus temps de Le chercher… Il est alors trop tard ! (Proverbes 1:24-33).
 
Le Psalmiste, après cette nouvelle pause, évoque son expérience, l’expérience de sa vie de foi en Dieu :

7 Tu es mon asile ; tu me gardes de détresse, tu m'entoures des chants de triomphe de la délivrance.   (PAUSE)

Dans cette composition, ici, la narration fait place à une parole adressée au Psalmiste. Et il entend alors, pour lui-même, une parole qui le réconforte. En fait il exprime comment il reçoit la parole de Celui en qui il se confie, nous pouvons y discerner les soins du Berger.

8 Je t'instruirai, et je t'enseignerai le chemin où tu dois marcher ; je te conseillerai, ayant mon œil sur toi.

Les mots, les expressions varient, mais toujours l’on revient à ce thème du Berger qui indique le chemin, et qui veille. Ce thème si cher aux Prophètes, mais aussi au Berger lui-même, au Seigneur qui va au devant de ses brebis après avoir donné sa vie pour elles.
 
Nous arrivons maintenant à la conclusion, à l’instruction proprement dite : les choses à ne pas faire… et le chemin à suivre !

9 Ne soyez pas comme le cheval, comme le mulet, qui n'ont pas d'intelligence, dont l'ornement est la bride et le mors, pour les refréner quand ils ne veulent pas s'approcher de toi.
10 Le méchant a beaucoup d'afflictions ; mais l'homme qui se confie en l'Éternel, la bonté l'environnera.
11 Réjouissez-vous en l'Éternel, et égayez-vous, justes ! et jetez des cris de joie, vous tous qui êtes droits de cœur.

"La bonté l’environnera !" Nous pourrions multiplier les textes évoquant la bonté, un attribut divin – "Un seul est bon" (Matthieu 19:17). – Souvenons notamment de ces deux proverbes : "Que la bonté et la vérité ne t'abandonnent pas ; lie-les à ton cou, écris-les sur la tablette de ton cœur…" et "Qui poursuit la justice et la bonté trouvera la vie, la justice, et la gloire" (Proverbes 3:3, 21:21). Bonté, justice, et pour couronner le tout, la joie, comme nous lisons : "Et ne vous affligez pas, car la joie de l'Éternel est votre force" (Néhémie 8:10). Et encore : "Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; encore une fois, je vous le dirai : réjouissez-vous " (Philippiens 4:4). Les transgressions pardonnées, la marche avec Dieu… pour être heureux, bienheureux…

 

ACCEDER
A L'INDEX
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Écrit par Eric dans L1e Psaumes 25 à 34 | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.