17/08/2008

Ps.41 Les rachetés


 

Psaume 41 - Les rachetés
 
Au chef de musique. Psaume de David.

Ce Psaume poursuit le cheminement de pensée du précédent (Psaume 40) en introduisant les croyants, ceux qui comprennent le sacrifice de Celui qui est "affligé et pauvre" (Psaume 40:17), Celui qui s'est dépouillé de toute sa gloire, (Philippiens 2:5-8) et auquel l'homme inique a ôté tout gloire humaine (Galate 3:13, Deutéronome 21:23). Dès le retour de l'exil à Babylone, il dût être chanté en écho aux paroles des prophètes annonçant que le Messie aurait à souffrir (Ésaïe 52:13-53:10, Zacharie 13:5-7), prenant sur lui toutes les fautes, étant le "bouc émissaire" en vertu duquel le pardon pouvait être accordé dans le respect de la justice, comme nous en lisons la préfiguration dans le cérémonial du jour du Grand Pardon, Yom Kippour (Lévitique 16:21-22).
 
Le Psalmiste entre ici, sans pouvoir lui-même en déceler toute la profondeur, dans les souffrances du Messie d'Israël, prononçant en quelque sorte des paroles que celui-ci pourra exprimer dans la douleur.

1 Bienheureux celui qui comprend le pauvre ! Au mauvais jour, l'Éternel le délivrera.
2 L'Éternel le gardera, et le conservera en vie : il sera rendu heureux sur la terre, et tu ne le livreras point à l'animosité de ses ennemis.
3 L'Éternel le soutiendra sur un lit de langueur. Tu transformeras tout son lit, quand il sera malade.

Le regard est ici tourné vers la croix, et comprend ces paroles du prophète : "Il a été blessé pour nos transgressions, il a été meurtri pour nos iniquités ; le châtiment de notre paix a été sur lui, et par ses meurtrissures nous sommes guéris" (Ésaïe 53:5).
 
Ecrivant plusieurs siècles avant les événements évoqués, le Psalmiste ne pouvait comprendre parfaitement le chemin du Messie, mais l’anticipation est là… Et nous pouvons comprendre un peu, dans cette supplication exprimée par le Psalmiste, quelque peu de la douleur qui fut celle du Sauveur sur la croix du Calvaire, lorsqu'ayant fait siennes toutes nos iniquités (Psaume 40:12) il était sous le coup du jugement que "nous", nous avions mérité.

4 J'ai dit : Éternel ! use de grâce envers moi, guéris mon âme, car j'ai péché contre toi.

Les ennemis sont là ! Comment ne pas y voir le conseil des grands, des puissants : "Ils tinrent conseil ensemble pour se saisir de Jésus par ruse et le faire mourir" (Matthieu 26:4, Matthieu 27:1).

5 Mes ennemis me souhaitent du mal : Quand mourra-t-il ? Quand périra son nom ?
6 Et si l'un vient me voir, il dit des paroles de fausseté ; son cœur amasse par devers lui l'iniquité ; ... il sort dehors, il en parle.
7 Tous ceux qui me haïssent chuchotent ensemble contre moi ; ils imaginent du mal contre moi:
8 Quelque œuvre de Bélial est attachée à lui, et maintenant qu'il est couché, il ne se relèvera plus.
9 Mon intime ami aussi, en qui je me confiais, qui mangeait mon pain, a levé le talon contre moi [Jean 13:18].

Quelle situation ! Le Seigneur ne s’était-il pas mis aux pieds de Judas, pour les lui laver… Et celui-ci l’avait déjà trahi ! Quelle grandeur lorsque le Seigneur le laisse quitter la table, ou plutôt l'envoie (Jean 13:27). C'est Lui qui envoie, car Il est le Maître. Certes, il n'a pas conduit Judas à trahir, mais celui-ci s'étant engagé dans son funeste chemin achève son travail, accompli son engagement au temps défini, à un moment dont ce n'est pas lui qui a la maîtrise... N'est-il pas dit, lors de la Transfiguration : "Moïse et Élie, parlaient avec lui, lesquels, apparaissant en gloire, parlaient de sa mort qu'il allait accomplir à Jérusalem" (Luc 9:30-31). Il allait "accomplir", et non "subir".

10 Et toi, Éternel ! use de grâce envers moi et relève-moi, et je le leur rendrai.
11 À ceci je connais que tu prends plaisir en moi, c'est que mon ennemi ne triomphe pas de moi.

Non, ce ne fut pas un triomphe pour les hommes qui ont voulu la mort du "juste" ! Après les paroles audacieuses et les quolibets haineux, et au moment de la mort dans laquelle il est entré Lui-même (Luc:23:46), car la mort n'avait pas de pouvoir sur Lui, n'entendons-nous pas le centurion chargé de la garde des condamnés glorifier Dieu en disant  "En vérité, cet homme était juste" (Luc 23:47) et encore "Certainement, cet homme était Fils de Dieu" (Matthieu 27:54, Marc 15:39). Sur la terre, la conclusion d'un homme droit, et ensuite la célébration dans le ciel de l'œuvre accomplie :

12 Et moi, tu m'as maintenu dans mon intégrité, et tu m'as établi devant toi pour toujours.

Maintenu dans son intégrité ! Pas un instant de défaillance, la Passion est traversée, et Christ est établi dans la gloire ! (Luc 24:26, Jean 17:24-26, Hébreux 5:5-8...
 
Sur cette vision prophétique de la croix, le fondement de notre paix (Ésaïe 53:5), se termine le Premier Livre des Psaumes. Et celui qui a ainsi agencé ces hymnes avec intelligence ajoute une parole de louange à la gloire du Seigneur :

13 Béni soit l'Éternel, le Dieu d'Israël, de l'éternité jusqu'en éternité ! Amen, oui, amen !

 

ACCEDER
A L'INDEX
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Écrit par Eric dans L1g Psaumes 40 et 41 | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.