17/08/2008

Ps.40 Le Messie souffrant


 

Psaume 40 - Le Messie souffrant
 
Au chef de musique. De David. Psaume.

1 J'ai attendu patiemment l'Éternel ; et il s'est penché vers moi, et a entendu mon cri.
2 Il m'a fait monter hors du puits de la destruction, hors d'un bourbier fangeux ; et il a mis mes pieds sur un roc, il a établi mes pas.
3 Et il a mis dans ma bouche un cantique nouveau, la louange de notre Dieu. Plusieurs le verront, et craindront, et se confieront en l'Éternel.

L’Éternel a entendu mon cri ! Une parole de délivrance, le chant d’un cantique nouveau tant est nouvelle la situation des rachetés de Dieu, ceux qui connaissent aujourd’hui l’œuvre de la croix.
 
Il y a un résultat de l’œuvre de la croix ! En effet, "plusieurs le verront, et se confieront…" En parlant des souffrances du Messie, Ésaïe ne disait-il pas : "Il verra du fruit du travail de son âme, et sera satisfait. Par sa connaissance mon serviteur juste enseignera la justice à plusieurs, et lui, il portera leurs iniquités" (Ésaïe 53:11). Ceux-là connaissent vraiment ce grand bonheur :

4 Bienheureux l'homme qui a mis en l'Éternel sa confiance, et ne s'est pas tourné vers les orgueilleux et ceux qui se détournent vers le mensonge !
5 Tu as multiplié, toi, Éternel mon Dieu, tes œuvres merveilleuses et tes pensées envers nous ; on ne peut les arranger devant toi. Si je veux les déclarer et les dire, elles sont trop nombreuses pour les raconter.

"Tu as multiplié , toi, Eternel mon Dieu, tes œuvres merveilleuses et tes pensées envers nous…" Dans ce passage, nous voyons le Messie parler. Quelle beauté dans ce "envers nous" qui évoque les rachetés unis à Christ et embrassés dans cette louange… Combien ces mots s’accordent à la parole : "Jésus, le chef et le consommateur de la foi, lequel, à cause de la joie qui était devant lui, a enduré la croix, ayant méprisé la honte, et est assis à la droite du trône de Dieu" (Hébreux 12:2). Il est évident que le Psalmiste ne pouvait comprendre le sens profond de ce cantique qu’il a composé, car le Messie n'avait pas encore paru, mais il parle néanmoins de celui qui devait apporter le salut tant attendu. Les paroles qui suivent évoquent l’entrée du Messie en ce monde, selon que nous lisons : "C'est pourquoi, en entrant dans le monde…" (Hébreux 10:5), paroles qui introduisent, dans l'épître, les versets qui viennent.

6 Au sacrifice et à l'offrande de gâteau tu n'as pas pris plaisir : tu m'as creusé des oreilles ; tu n'as pas demandé d'holocauste ni de sacrifice pour le péché.
7 Alors j'ai dit : Voici, je viens ; il est écrit de moi dans le rouleau du livre.
8 C'est mes délices, ô mon Dieu, de faire ce qui est ton bon plaisir [Hébreux 10:5-7], et ta loi est au dedans de mes entrailles.

"Tu m'as creusé des oreilles". Par ces mots, le Psalmiste place devant nous l'homme parfait, "celui qui écoute", ajoutant que ses "délices" sont d'accomplir le travail qui lui est demandé (Jean 4:34). Ceci exprime la perfection de Celui dont l'auteur de l'Épître aux Hébreux dit : "Tu m'as formé un corps". Le texte est ainsi modifié, mais non le sens du Psaume lui-même; la venue du Messie a donné à comprendre "qui" est le Serviteur parfait annoncé par les prophètes... (Ésaïe 42:1-7).

9 J'ai annoncé la justice dans la grande congrégation ; voici, je n'ai point retenu mes lèvres ; Éternel, tu le sais.
10 Je n'ai point caché ta justice au dedans de mon cœur ; j'ai parlé de ta fidélité et de ton salut ; je n'ai point célé ta bonté et ta vérité dans la grande congrégation.

"Je n’ai point célé ta bonté et ta vérité…" C'est ce que nous lisons par ailleurs : "La grâce et la vérité vinrent par Jésus Christ" (Jean 1:17)… Que de fois devrions-nous nous arrêter devant ces communications de la pensée de Dieu, avec crainte, sans nous élever nous-mêmes. "Car : Qu'as-tu, que tu n'aies reçu ? Et si aussi tu l'as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l'avais pas reçu ?" (1 Corinthiens 4:7).
 
Ces lignes évoquant le ministère public du Seigneur, Celui qui est la "Lumière du monde" (Jean 8:12)… Viennent alors les souffrances, la Croix… Car qu'a-t-Il reçu pour son service de miséricorde, pour les paroles de grâce qu'il fit entendre ? (Luc 4:22)… Mais plus encore, il fut chargé de notre culpabilité pour en payer le prix devant Dieu.

11 Toi, Éternel ! ne retiens pas loin de moi tes compassions ; que ta bonté et ta vérité me gardent continuellement.
12 Car des maux sans nombre m'ont entouré ; mes iniquités m'ont atteint, et je ne puis les regarder ; elles sont plus nombreuses que les cheveux de ma tête, et mon cœur m'a abandonné.

"Mes iniquités n’ont atteint !" On s’est trop habitué à cette expression, des mots qui pourraient n'être plus qu'un "credo" auquel on adhère intellectuellement, une profession qui pourrait être sans vie… "Il a porté nos péchés en son corps sur le bois" (1 Pierre 2:24)… Nos iniquités, il les a faites siennes et en a enduré le jugement, la juste rétribution…

13 Qu'il te plaise, ô Éternel ! de me délivrer. Éternel ! hâte-toi de me secourir.
14 Que ceux qui cherchent mon âme pour la détruire soient tous ensemble honteux et confondus ; qu'ils se retirent en arrière et soient confus, ceux qui prennent plaisir à mon malheur.
15 Que ceux qui disent de moi : Ha ha ! ha ha ! soient désolés, en récompense de leur honte.

Ce n’est certes pas le désir du Messie que le méchant périsse. Ce n'est pas cela qui est dit ! Lisons Luc 23:34. Mais plutôt qu'ils connaissent la honte et la confusion. Comme le brigand sur la croix à côté de celle de Jésus, après les moqueries, se tourna vers le Crucifié : "Et il disait à Jésus : Souviens-toi de moi, Seigneur, quand tu viendras dans ton royaume" (Luc 23:42).

16 Que tous ceux qui te cherchent s'égayent et se réjouissent en toi ; que ceux qui aiment ton salut disent continuellement : Magnifié soit l'Éternel !

"Que tous ceux qui te cherchent s’égayent et se réjouissent en toi…" Souhait de joie, et, soulignons le, non pas seulement une joie grave, mais de la gaieté ! Comme nous pouvons lire que David dansait devant l’Arche de l’Eternel (2 Samuel 6:14) ! Voilà le souhait de Celui qui endure la croix, tandis qu’il exprime ce qui suit…

17 Et moi, je suis affligé et pauvre : le Seigneur pense à moi. Tu es mon secours et celui qui me délivre. Mon Dieu ! ne tarde pas.

Jésus, le Messie, a donné tout ce qu’il avait, il a donné sa vie pour nous conférer une vraie joie, et même la gaieté, ce sentiment heureux de celui qui est en paix avec Dieu, qui a une espérance sachant qu’il est "reçu" par Dieu lui-même ! (Romains 14:3). Etre heureux, c’est faire honneur à Celui qui traversa les souffrances de la croix en vue de nous introduire dans la paix de Dieu...

 

ACCEDER
A L'INDEX
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

18:00 Écrit par Eric dans L1g Psaumes 40 et 41 | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.