16/08/2008

Ps.44 Souvenir...


 

Psaume 44 - Souvenir d’une bénédiction perdue
 
Au chef de musique. Des fils de Coré. Instruction.

Comme nous le lisions plus haut, (Psaume 42), les temps bénis sont révolus. Ce Psaume commence par l’évocation des délivrances d’autrefois. Faut-il penser qu’il s’agisse de fidèles exilés à Babylone ? Les pères avaient été "plantés" dans le pays de la promesse, et ils reconnaissent que ce n’est pas par leur propre force que cela arriva.

1 Ô Dieu ! nous avons entendu de nos oreilles, nos pères nous ont raconté l'œuvre que tu as opérée dans leurs jours, aux jours d'autrefois.
2 Tu as, par ta main, dépossédé les nations, et tu as planté nos pères ; tu as affligé les peuples et tu les as chassés.
3 Car ce n'est point par leur épée qu'ils ont possédé le pays, et ce n'est pas leur bras qui les a sauvés ; car c'est ta droite et ton bras et la lumière de ta face, parce que tu avais pris ton plaisir en eux.
4 C'est toi qui es mon roi, ô Dieu ! Commande le salut pour Jacob.

Ce souvenir des jours d’autrefois est exprimé par un fidèle, dans sa solitude. Une méditation personnelle. Car la foi s’exprime au singulier ; elle ne réside pas dans des manifestations collectives, des services religieux impressionnant où chacun peut se trouver "transporté". Ceux-ci ont un sens lorsque les participants ont effectué une démarche personnelle, manifestent intimement et personnellement la confiance en Dieu. Alors seulement est produite la communion avec ceux qui partagent la même foi en Dieu, ainsi que nous le lisons dans les lignes qui suivent.

5 Avec toi, nous frapperons nos adversaires ; par ton nom, nous foulerons ceux qui s'élèvent contre nous.
6 Car ce n'est pas en mon arc que je me confie, et mon épée ne me sauvera point ;
7 Car tu nous as sauvés de nos adversaires, et tu rends confus ceux qui nous haïssent.
8 En Dieu nous nous glorifierons tout le jour, et nous célébrerons ton nom à toujours.   (PAUSE)

C’est un chant de confiance qui vient d’être exprimé, un retour sur le passé du peuple, pour en tirer la leçon. Sur cela, une pause, un arrêt avant de considérer la situation particulière dans laquelle les fidèles se trouvent. Nous le lirons : "rejetés, livrés aux ennemis, dispersés…"

9 Mais tu nous as rejetés et rendus confus, et tu ne sors plus avec nos armées ;
10 Tu nous as fait retourner en arrière devant l'adversaire, et ceux qui nous haïssent ont pillé pour eux-mêmes ;
11 Tu nous as livrés comme des brebis destinées à être mangées, et tu nous as dispersés parmi les nations ;
12 Tu as vendu ton peuple pour rien, et tu ne t'es pas agrandi par leur prix ;
13 Tu nous as mis en opprobre chez nos voisins, en risée et en raillerie auprès de nos alentours ;
14 Tu nous as mis comme proverbe parmi les nations, comme hochement de tête parmi les peuples.

Cette méditation touche la situation du peuple, sans doute lors de l’exil à Babylone comme nous le voyons ci-après, dispersé parmi les nations (vers.11) Le Psalmiste exprime son expérience propre. Il est profondément attaché aux bénédictions promises… Mais ce n’est pas le cas de tous, à Babylone ! Nous le savons : de tout le peuple, quelques dizaines de milliers seulement vont remonter à Jérusalem pour rebâtir l’autel, le temple et la ville… Mais nous avons ici un homme fidèle qui se souvient, qui réalise l’opprobre et les privilèges perdus d’Israël ! Et il exprime sa peine.

15 Tout le jour ma confusion est devant moi, et la honte de ma face m'a couvert,
16 À cause de la voix de celui qui outrage et qui injurie, à cause de l'ennemi et du vengeur.
17 Tout cela nous est arrivé, et nous ne t'avons pas oublié, et nous n'avons pas été infidèles à ton alliance.
18 Notre cœur ne s'est pas retiré en arrière, et nos pas n'ont point dévié de ton sentier ;
19 Quoique tu nous aies écrasés dans le lieu des chacals, et que tu nous aies couverts de l'ombre de la mort.

Nous le savons, l'exil toucha la plupart des Judéens. Et de ce fait, dans les rangs de l'exil il se trouvait bien des fidèles. Ceux-ci ont ressenti cette perte, il ont enduré cette traversée d’un désert moral… Ecrasés ! Mais sans avoir oublié leur Dieu, le Dieu de leurs pères. Il y a une grande difficulté pour eux ! Des "Pourquoi ?", ressentis par ces fidèles plongés dans un désastre qu’ils n’ont pas provoqué…

20 Si nous avions oublié le nom de notre Dieu, et étendu nos mains vers un dieu étranger,
21 Dieu ne s'en enquerrait-il pas ? car lui connaît les secrets du cœur.
22 Mais, à cause de toi, nous sommes mis à mort tous les jours, nous sommes estimés comme des brebis de tuerie. [Romains 8:36]

Comment comprendre cette parole ? C’est leur fidélité qui, dans l’exil, provoque leur opprobre ! Leur fidélité à Dieu… Le Psalmiste poursuit alors en une supplication ; il connaît la miséricorde et la puissance de Celui qui prit soin des pères de sa nation, ainsi qu’il l’évoquait au commencement du Psaume, et sa prière fait apparaître l’incompréhension et la confiance…

23 Éveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ? Réveille-toi ; ne nous rejette pas pour toujours.
24 Pourquoi caches-tu ta face, et oublies-tu notre affliction et notre oppression ?
25 Car notre âme est courbée jusque dans la poussière, notre ventre est attaché à la terre.
26 Lève-toi, aide-nous, et rachète-nous à cause de ta bonté.

Ce sont ainsi des paroles de foi, de confiance, prononcées non par quelque sur-homme, mais par un croyant qui poursuit fidèlement son chemin, sans comprendre la peine et l’opprobre qui l’atteignent, mais en s’appuyant sur son Dieu ! Et sa force, il la trouvera dans une méditation exceptionnelle, un chant d’adoration qui le transportera au-delà de ses propres interrogations pour ne plus regarder qu’à son Dieu ! Et il nous communique ces paroles dans le Psaume qui suit…

 

ACCEDER
A L'INDEX
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Écrit par Eric dans L2a Psaumes 42 à 49 | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.