06/08/2008

Ps.73 Face à l’injustice


 

Psaume 73 - Devant la méchanceté et l’injustice
 
Psaume d'Asaph.

Le premier verset, comme un entête, donne le ton. C’est une affirmation de la foi, comme nous lisons souvent dans les Psaumes. Nous lisons en cela la conclusion du Psaume, avant que l'auteur n'aborde rétrospectivement les sentiments qui se sont bousculés dans son âme : découragement, envie, jusqu’à dire "C’est en vain que j’ai marché dans le chemin de fidélité"

1 Certainement Dieu est bon envers Israël, envers ceux qui sont purs de cœur.

C’est la base qui soutient la marche ! Oublier cela et l’homme s’écroule, il se plonge dans la dépression. Et pourtant, comme nous le voyons dans ce qui suit – comme aussi en nous-mêmes – savoir est autre chose que vivre. Il y a des moments où la lassitude pénètre dans l’âme, et même le doute, comme nous pouvons le lire d’un Elie (1 Rois 19:4), ou d’un Jean le Baptiseur (Matthieu 11:2-3), voire même d’un Jérémie (Jérémie 20:14)
 
Ainsi le Psalmiste regarde au danger qu’il a frôlé…

2 Et pour moi, il s'en est fallu de peu que mes pieds ne m'aient manqué, d'un rien que mes pas n'aient glissé ;
3 Car j'ai porté envie aux arrogants, en voyant la prospérité des méchants.

Le regard s’est détourné de "Celui qui veille", et qui lui en ferait le reproche ? Qui pourrait dire que cela ne lui est jamais arrivé ? Et pour qui les images que le Psalmiste évoque, ce qu’il a constaté et qui le mit en difficulté… Pour qui ces images ne représentent rien de connu ? Ce qui nous environne n’est pas exempt de ce dont parle l’apôtre Jean : "la convoitise de la chair, et la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie, n'est pas du Père, mais est du monde" (1 Jean 2:16). C'est dans un tel monde que nous avons à faire notre chemin : "Je ne fais pas la demande que tu les ôtes du monde, mais que tu les gardes du mal" (Jean 17:15).

4 Car il n'y a pas de tourments dans leur mort, et leur corps est gras ;
5 Ils n'ont point de part aux peines des humains, et ils ne sont pas frappés avec les hommes.
6 C'est pourquoi l'orgueil les entoure comme un collier, la violence les couvre comme un vêtement ;
7 Les yeux leur sortent de graisse ; ils dépassent les imaginations de leur cœur.
8 Ils sont railleurs et parlent méchamment d'opprimer ; ils parlent avec hauteur ;
9 Ils placent leur bouche dans les cieux, et leur langue se promène sur la terre.
10 C'est pourquoi son peuple se tourne de ce côté-là, et on lui verse l'eau à plein bord,
11 Et ils disent : Comment Dieu connaîtrait-il, et y aurait-il de la connaissance chez le Très-haut ?
12 Voici, ceux-ci sont des méchants, et ils prospèrent dans le monde, ils augmentent leurs richesses.

"Comment Dieu connaitra-t-il ?" Alors, dans la considération de ces choses, le Psalmiste a été tenté de tout laisser aller, de dire : "C’est en vain…"

13 Certainement c'est en vain que j'ai purifié mon cœur et que j'ai lavé mes mains dans l'innocence :
14 J'ai été battu tout le jour, et mon châtiment revenait chaque matin.

"C’est en vain que j’ai purifié mon cœur…" Ceci n’est pas une parole de propre justice ; ce n’est pas une prétention. Le juste, ici, n’a pas déclaré être "quelqu'un", mais il peut affirmer en vérité sur quel chemin il s’est engagé, la réalité de son engagement devant Dieu (2 Timothée 2:22).

15 Si j'avais dit : Je parlerai ainsi, voici, j'aurais été infidèle à la génération de tes fils.

Mais aussitôt il s’arrête, pesant ce qu’il en aurait été de lui s’il avait vraiment prononcé ces paroles… Ainsi il se trouvait tenté d’abandonner le chemin, pour aussitôt mesurer ce que cela aurait signifié ! Il aurait été infidèle ! Ainsi la méditation est pénible, douloureuse...

16 Quand j'ai médité pour connaître cela, ce fut un travail pénible à mes yeux,
17 Jusqu'à ce que je fusse entré dans les sanctuaires de Dieu... : j'ai compris leur fin.
18 Certainement tu les places en des lieux glissants, tu les fais tomber en ruines.
19 Comme ils sont détruits en un moment ! Ils sont péris, consumés par la frayeur.
20 Comme un songe, quand on s'éveille, tu mépriseras, Seigneur, leur image, lorsque tu t'éveilleras.

"Dans les sanctuaires de Dieu…" Pas de mysticisme, pas de choses extraordinaires ! Se plonger dans la Parole de Dieu, et laisser cette Parole faire son travail en nous… Et la réponse vient alors… "J’ai compris leur fin…" Et d’ajouter alors : "J’étais stupide…" Pour enfin revenir à des pensées positives…

21 Quand mon cœur s'aigrissait, et que je me tourmentais dans mes reins,
22 J'étais alors stupide et je n'avais pas de connaissance ; j'étais avec toi comme une brute.
23 Mais je suis toujours avec toi : tu m'as tenu par la main droite ;
24 Tu me conduiras par ton conseil, et, après la gloire, tu me recevras.

Quelle action de grâce, mais aussi quelle vision ! Tu me recevras ! Comme nous pouvons proclamer avec reconnaissance : "Dieu nous a reçus !" Comme nous lisons : "le Christ vous a reçus, à la gloire de Dieu" (Romains 15:7). Cela conduit à la louange…

25 Qui ai-je dans les cieux ? Et je n'ai eu de plaisir sur la terre qu'en toi.
26 Ma chair et mon cœur sont consumés ; Dieu est le rocher de mon cœur, et mon partage pour toujours.
27 Car voici, ceux qui sont loin de toi périront ; tu détruiras tous ceux qui se prostituent en se détournant de toi.
28 Mais, pour moi, m'approcher de Dieu est mon bien ; j'ai mis ma confiance dans le Seigneur, l'Éternel, pour raconter tous tes faits.

"Mais pour moi, m’approcher de Dieu est mon bien !" Une détermination personnelle de l’homme de foi, comme Josué : "Mais moi et ma maison, nous servirons l’Éternel" (Josué 24:15). Des paroles de foi qui montrent où et comment le croyant trouve la force… Des paroles qui viennent du cœur, dans un geste personnel... La louange peut être collective, mais la foi se mesure personnellement devant Dieu !

 

ACCEDER
A L'INDEX
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

18:00 Écrit par Eric dans L3a Psaumes 73 à 79 | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.