02/08/2008

Ps.85 Ramène-nous !


 

Psaume 85 - Ô Dieu, ramène-nous
 
Au chef de musique. Des fils de Coré. Psaume.

Les captifs de Jacob sont rétablis ! Des exilés à Babylone sont remontés en Terre d'Israël ! Ce Psaume date donc du retour de l’exil, de ce temps favorable où l’Edit de Cyrus le Grand engagea les peuples réduits à l’exil par la puissance babylonienne, à retourner en leur pays, à restaurer leur nation. Des Judéens sont donc remontés pour reconstruire Jérusalem et son Temple, comme nous le lisons au Livre d'Esdras.
 
En quelques versets seulement, le Psalmiste nous communique des pensées particulièrement précieuses sur lesquelles il est bon de s'arrêter. Le Psaume est pour ainsi en quatre temps.
Tout d'abord la situation, c'est le retour des exilés de Babylone.
Ensuite une prière, car goûter la bonté de Dieu, revenir à ce bonheur, n'est pas sans un travail de cœur de retour à Dieu.
Suit alors un engagement de foi, lequel ne peut être que personnel, car nul ne vit par la foi d'autrui (Habacuc 2:4).
Et enfin le regard porté au delà des bénédictions présentes pour considérer la resurrection nationale qui doit venir pour "tout Israël", telle qu'annoncée par les prophètes (Ézéchiel 37:1-14) et confirmée dans les écrits néo-testamentaires (Actes 3:19, Rom.11:26, Hébr.4:9).
 
 
Le retour de l'exil

La situation vécue, ce "rétablissement des captifs de Jacob", moment heureux, et même joyeux, est bien loin de conduire le Psalmiste à se féliciter de cette opportunité politique du décret de Cyrus ! Cela est évident. Le Psalmiste y constate, dans la louange, le pardon de Dieu, selon qu'il est écrit : "Bienheureux celui dont la transgression est pardonnée, et dont le péché est couvert !" (Psaume 32:1).

1 Éternel ! tu as été propice à ta terre, tu as rétabli les captifs de Jacob.
2 Tu as pardonné l'iniquité de ton peuple, tu as couvert tous leurs péchés.   (PAUSE)

Une pause est marquée, afin que ces paroles ne passent pas comme une simple musique que les lèvres prononcent sans qu'elle ne vienne d'un coeur reconnaissant ! Le Psalmiste, homme de foi, pourrait-il passer rapidement sur ce fait extraordinaire qu'est le pardon de Dieu, une application des paroles des prophètes (Ésaïe 1:18), alors que la rébellion contre Dieu avait été si forte, sans que résonnent en lui ces paroles entendues à Babylone vers la fin de l'exil ; "Parlez au cœur de Jérusalem, et criez-lui que son temps de détresse est accompli, que son iniquité est acquittée"  (Ésaïe 40:2).

3 Tu as retiré tout ton courroux, tu es revenu de l'ardeur de ta colère.

Et alors, il reprend sa méditation, il souligne la grandeur de la miséricorde ! Zacharie, qui prophétisait peu après ce retour de Babylone, évoque, lui aussi, cet esprit qui dominait parmi les réchappés de Babylone, dans le souvenir de ce qui a causé l'exil. Et il s'exprime en disant : "L'Éternel a été fort en courroux contre vos pères" Et il adresse aussitôt, à ces Israélites montés à Jérusalem, cette exhortation de la part du Seigneur Dieu : "Revenez à moi" (Zacharie 1:2-6).
 
 
Ramène-nous, ô Dieu de notre salut

Le prophète exhorte : "Revenez à moi"... Et le fidèle qui s'exprime dans ce Psaume répond : "Ramène-nous". Il ne suffit pas d’être de retour dans le pays, il faut aussi retrouver la paix de l'âme, la conscience du salut… Et alors monte vers Dieu cette prière, et la supplication afin de retrouver la véritable paix…

4 Ramène-nous, ô Dieu de notre salut, et fais cesser ton indignation contre nous.
5 Veux-tu être à toujours en colère contre nous, faire durer ta colère de génération en génération ?
6 Ne veux-tu pas nous faire vivre de nouveau, afin que ton peuple se réjouisse en toi ?
7 Éternel ! fais-nous voir ta bonté, et accorde-nous ton salut.

Une prière ardente… Car si les réchappés de l'exil se trouvent maintenant dans leur pays, c'est dans une ville en ruine depuis plus d'un demi siècle, entourée de terres en friche... Et ils ne sont que quelques dizaines de milliers de Judéens pour la plupart nés en exil... Il leur faut reconstruire au plus vite l'autel pour qu'il se trouve un centre de rassemblement, un "lieu de rencontre avec Dieu", afin que la vie d'antan soit retrouvée...
 
 
Engagement de foi

Mais, pour que le cœur soit ouvert à la bonté de Dieu, il y a un chemin à prendre, chacun pour soi-même. N’avons-nous pas lu que le bonheur vient sur celui qui marche sur "les chemins frayés"  (Psaume 84:5) ? Aussi paraît maintenant un engagement personnel :

8 J'écouterai ce que dira Dieu, l'Éternel ; car il dira paix à son peuple et à ses saints. Mais qu'ils ne retournent pas à la folie !
9 Certainement, son salut est près de ceux qui le craignent, afin que la gloire demeure dans notre pays.

Une profession de foi n'est pas un talisman... C'est la foi elle-même, la confiance effective en Dieu qui procure la paix de l'âme. Et elle ne peut venir que d’un engagement personnel. La jouissance de la "réconciliation" (Colossiens 1:21-23) repose sur ceux qui "craignent l’Éternel" (Psaume 34:7).
 
La gloire nationale, les Israélites l’avaient perdue, ayant été envoyés en exil à Babylone… Mais maintenant, ils peuvent entrevoir la paix… Si cette gloire est perdue, ils peuvent regarder au-delà de leur rémission présente, leur retour en Terre d'Israël, pour regarder à cet autre accomplissement, celui de la paix qu'apportera Celui qui régnera en justice !
 
 
L'avenir messianique

Chaque mot de ces quatre derniers versets doit être pesé, car ils nous entraînent dans des pensées d'une profondeur insondable. Elles nous introduisent dans la contemplation de la pensée de Dieu qui sera manifestée sur la terre aux temps messianiques, lorsque des quatre coins du monde les fils d’Israël seront rassemblés et que règnera sur la terre entière le Messie d’Israël (Ésaïe 32:1-4).

10 La bonté et la vérité se sont rencontrées, la justice et la paix se sont entre-baisées.
11 La vérité germera de la terre, et la justice regardera des cieux.
12 L'Éternel aussi donnera ce qui est bon, et notre pays rendra son fruit.
13 La justice marchera devant lui, et elle mettra ses pas sur le chemin.

Zacharie, le prophète, prononce des paroles étonnantes, annonciatrices d'un temps qui n'est pas encore, mais en vue duquel ces réchappés sont montés de Babylone : "Jérusalem sera appelée la ville de vérité" (Zacharie 8:3). C'est ce qu'entrevoit le Psalmiste, en disant "La vérité va germer de la terre", au lieu, comme le disait le prophète, qu'il n'y poussent "des ronces et des épines" (Ésaïe 32:13). Et Dieu, le Juste, donnera ce qui est bon... La "vigne du Seigeur" produira du bon fruit, "de bons raisins" (Ésaïe 5.1-7, Jean 15:1-5). Ce sera un règne marqué par la justice. "Car le jugement retournera à la justice, et tous ceux qui sont droits de cœur le suivront" (Psaume 94:15).
 
Mais nous pourrions nous demander ce que le Psalmiste comprend de ce qu'il évoque ! Comment peut-il considérer qu'un tel avenir soit établi en justice ? Comment "la justice et la paix" peuvent-elles se fondre en quelque sorte... Peut-il y avoir la paix tandis que la justice doit être exercée ? La encore, c'est l'enseignement des prophètes qui l'a conduit à une telle confiance. Il a lu, comme nous le pouvons aussi, ces paroles prononcées à Babylone, au moment où ils étaient prêts à prendre la route pour Jérusalem : "Il a été blessé pour nos transgressions, il a été meurtri pour nos iniquités ; le châtiment de notre paix a été sur lui, et par ses meurtrissures nous sommes guéris" (Ésaïe 53:5).

 

ACCEDER
A L'INDEX
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

18:00 Écrit par Eric dans L3c Psaumes 84 à 89 | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.