01/08/2008

Ps.89 Béni soit l'Éternel


 

Psaume 89 - Béni soit l'Éternel
 
Instruction d'Éthan, l'Ezrakhite.

C’est un hymne de confiance en la bonté de Dieu qu’a composé pour notre instruction Ethan, le chef de chœur (1 Chron.15:16-17).
 
Après une courte introduction où il exprime son propos, "Chanter la bonté de Dieu", il développe en une réelle fresque partant des promesses de Dieu pour y revenir dans uns supplication.
Les promesses de Dieu, ce qu'Il a promis gratuitement à David,
et la joie de ceux qui entrent dans cette relation avec Dieu.
Ensuite, sans concession, il confesse les infidélités qui ont conduit le peuple à connaître l'opprobre,
pour exprimer alors la demande à Dieu d'intervenir, selon ses promesses, afin que l'opprobre soit ôtée.


Chanter la bonté de Dieu

Comme nous le voyons au courant de ce Psaume, c'est du sein de l'opprobre que ces paroles sont exprimées, que cet engagement à chanter la bonté de Dieu est formulé. Le fidèle connaît qui est Dieu ! "L'Éternel, l'Éternel ! Dieu, miséricordieux et faisant grâce, lent à la colère, et grand en bonté et en vérité" (Exode 34:6). S'il ne voit pas encore la délivrance, "il croit", ou plus exactement "il est pleinement assuré" que Dieu est bon et fidèle (Hébreux 11:1).

1 Je chanterai à toujours les bontés de l'Éternel ; de génération en génération je ferai connaître de ma bouche ta fidélité.
2 Car j'ai dit : La bonté sera édifiée pour toujours ; dans les cieux mêmes tu établiras ta fidélité.

Les cieux sont témoins tant des promesses de Dieu, que des infidélités de l'homme ! Et ils devront constater cette fidélité inébranlable de Dieu ! Le Psalmiste place ainsi très haut sa confiance. Pour lui, c'est la gloire de Dieu qui est en question... Et, dans sa confiance il pourra dire "les cieux célébreront tes merveilles" (vers.5). C'est ce que nous trouvons notamment dans un cantique du Livre de l'Apocalypse chanté par "toutes les créatures" (Apocalypse 5:13).
 
 
La promesse de Dieu et la louange qui en résulte

Entrant dans son sujet, le Psalmiste cite une parole de Dieu lui-même, la promesse faite à David, touchant sa descendance, touchant le "Fils de David" (2 Samuel 22:51). David, dans ses dernières paroles évoqua cette alliance : "[Dieu] a établi avec moi une alliance éternelle, à tous égards bien ordonnée et assurée, car c'est là tout mon salut et tout mon plaisir…" (2 Samuel 23:5). Cette promesse fut rappelée ensuite par les prophètes, et encore par les apôtres (2 Chroniques 21:7, Ésaïe 55:3 et Actes:13:34).

3 J'ai fait alliance avec mon élu, j'ai juré à David, mon serviteur :
4 J'établirai ta semence pour toujours, et j'édifierai ton trône de génération en génération."   (PAUSE)

Le Psalmiste s'arrête sur ce rappel, sur ce "Fils" qui sera donné à David, et qui viendra pour établir le règne de justice et de paix, attente d'Israël et aspiration de toute la création (Romains 8:19-22). Et alors, dès l'avènement du Roi de paix, les cieux seront témoins de l'accomplissement des voies du Grand Dieu Créateur, car le repos du Septième jour sera manifesté.

5 Et les cieux célébreront tes merveilles, ô Éternel ! oui, ta fidélité, dans la congrégation des saints.
6 Car qui, dans les nues, peut être comparé à l'Éternel ? Qui, parmi les fils des forts, est semblable à l'Éternel ?

Le Psalmiste entrevoit la louange éternelle, et l'apôtre après lui, connaissant le Fils de David, pourra dire : "C'est pourquoi aussi Dieu l'a haut élevé et lui a donné un nom au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus se ploie tout genou des êtres célestes, et terrestres, et infernaux, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père" (Philippiens 2:9-11). Pourquoi, pensons-nous, le Seigneur a-t-il instruit ses disciples en leur apprenant à souhaiter : "que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite, comme dans le ciel, aussi sur la terre" (Matthieu 6:10). Alors, la louange remplira la terre comme elle remplit les cieux. Les cieux, témoins de l'amour de Dieu magnifié dans sa miséricorde, ce qu'il a établi par grâce pour sa créature (Éphésiens 2:4-7), "ces choses... dans lesquelles des anges désirent de regarder de près" (1 Pierre 1:12).

7 Dieu est extrêmement redoutable dans l'assemblée des saints, et terrible au milieu de tous ceux qui l'entourent.

La méditation se poursuit, le Psalmiste regardant à la puissance de Dieu dont le propos ne peut être entravé... Et Il a, sur la terre, un peuple, des hommes qui ont foi en Lui et adhèrent à son plan d'amour : "l’assemblée des saints !" Il faut s'arrêter sur cette appellation "les saints" ! Le mot hébreu "khasid" représente la piété envers Dieu ou envers ses parents. Il évoque donc bien l'homme pieux ou le fidèle, l'homme qui, sur la terre, est attaché à Dieu. Ce qui est le cas des croyants comme nous le lisons en maints passages (Par exemple 2 Corinthiens 13:13).
 
Pour revenir à notre Psaume, nous voyons ce qui donne force au discours, le Psalmiste poursuivant sur cette vérité de la toute-puissance de Dieu (Sophonie 3:17), en faisant état de cette grande réalité, que Dieu est au milieu des siens (Ézéchiel 34:12).

8 Éternel, Dieu des armées, qui est comme toi, puissant Jah ? Et ta fidélité est tout autour de toi.
9 Toi, tu domines l'orgueil de la mer ; quand ses flots se soulèvent, toi tu les apaises.
10 Toi, tu as abattu Rahab comme un homme tué ; par le bras de ta force tu as dispersé tes ennemis.

L’auteur revient à cette grande délivrance, la sortie de l’Égypte, Rahab, cette puissance vaincue par le bras du Seigneur des Armées…

11 À toi les cieux, et à toi la terre ; le monde et tout ce qu'il contient, toi tu l'as fondé.
12 Le nord et le midi, toi tu les as créés ; le Thabor et l'Hermon exultent en ton nom.
13 À toi est le bras de puissance ; ta main est forte ; ta droite est haut élevée.
14 La justice et le jugement sont les bases de ton trône ; la bonté et la vérité marchent devant ta face.

La grandeur, les plus hautes montagnes de Canaan, Thabor au centre, l’Hermon au nord… Soulignons ces paroles touchant la justice, car ceci annonce le règne du Messie : "Car le jugement retournera à la justice…" (Psaume 94:15). Gardons en mémoire cette association de la bonté et de la vérité : "Car la loi a été donnée par Moïse ; la grâce et la vérité vinrent par Jésus Christ" (Jean 1:17). Le Psalmiste, un Israélite attaché à la Loi de Moïse, qui apprend par elle ce que Dieu attend de lui, comprend, par le constat de ses propres limites, à se reposer non sur quelque mérite personnel, mais sur la bonté de Dieu, sa miséricorde, la grâce !
 
 
La joie du fidèle

Cette confiance en Dieu, en sa justice, en sa bonté, procure une joie bien grande. Et le Psalmiste souligne ici que celui qui se réjouit en Dieu est un homme bienheureux !

15 Bienheureux le peuple qui connaît le cri de joie ! Ils marchent, ô Éternel ! à la lumière de ta face.
16 Ils s'égaient en ton nom tout le jour, et sont haut élevés par ta justice.
17 Car tu es la gloire de leur force ; et dans ton bon plaisir notre corne sera haut élevée.
18 Car l'Éternel est notre bouclier, et le Saint d'Israël, notre roi.

La joie du racheté ! Tant qu’on ne la connaît pas, tant qu’on n’en vit pas, et chaque fois que l’on ne la goûte pas, alors il y a un chemin à reparcourir... Bien des fidèles entre les fidèles se sont trouvés dans la désolation, ayant perdu cette joie, mais toujours ils ont trouvé leur ressource en Dieu ! Comme nous pouvons lire : "Rends-moi la joie de ton salut, et qu'un esprit de franche volonté me soutienne" (Psaume 51:12). "La lumière est semée pour le juste, et la joie pour ceux qui sont droits de cœur" (Psaume 97:11). Que de passages relatifs à la joie, voyons (Esdras 3:12-13, 6:16 et 22). Néhémie ne dit-il pas : "la joie de l'Éternel est votre force" (Néhémie 8:10). Et que nous fait entendre le Seigneur dans les Évangiles, en parlant à son Père ? "Et maintenant je viens à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu'ils aient ma joie accomplie en eux-mêmes" (Jean 17:13).
 
 
Le fidèle se rappelle les promesses de Dieu

Le regard est tourné vers ces promesses faites à David, dans lesquelles nous discernons très évidemment ce descendant de David qui sera établi sur le trône d’Israël et apportera l'ère de paix qui sera au bénéfice de la terre tout entière (Ésaïe 49:6). Le fidèle, celui qui est à l’écoute de l’Éternel, celui qui lit "sa Parole", a le regard tourné vers "un homme puissant", le Fils de David… Et il mesure alors sa force, combien il sera un "bouclier" pour lui.

19 Alors tu parlas en vision de ton saint, et tu dis : J'ai placé du secours sur un homme puissant, j'ai haut élevé un élu d'entre le peuple.

Ce mot d’introduction est poursuivi par des paroles de Dieu lui-même, reportées dans ce cantique "pour instruire". Nous y voyons à l’évidence la Messie d’Israël, Celui qui apportera la paix qui ne pourra être altérée !

20 J'ai trouvé David, mon serviteur ; je l'ai oint de mon huile sainte ;
21 Ma main sera fermement avec lui, et mon bras le fortifiera ;
22 L'ennemi ne le pressurera pas et le fils d'iniquité ne l'affligera pas ;
23 J'abattrai ses adversaires devant sa face, et je frapperai ceux qui le haïssent ;
24 Et ma fidélité et ma bonté seront avec lui, et, par mon nom, sa corne sera élevée.
25 Et j'ai mis sa main à la mer, et sa droite dans les fleuves.
26 Lui me criera : Tu es mon père, mon Dieu, et le rocher de mon salut.
27 Aussi moi, je ferai de lui le premier-né, le plus élevé des rois de la terre."

Lui se présentera comme le "Fils de Dieu" (vers.26), et Lui-même sera célébré : "Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre !" (Apocalypse 1:5, Colossiens 1:15, Hébreux 1:6).
 
L’homme a sa propre responsabilité (Romains 14:12), mais la promesse faite à David est inaltérable (Actes 13:32-34). C’est en Jésus-Christ que nous voyons l’accomplissement…
 
Le Psalmiste poursuit dans son rappel des promesses de Dieu, mais aussi de ses avertissements…

28 Je lui garderai ma bonté à toujours, et mon alliance lui sera assurée.
29 Et je ferai subsister sa semence à perpétuité, et son trône comme les jours des cieux.
30 Si ses fils abandonnent ma loi et ne marchent pas dans mes ordonnances,
31 S'ils violent mes statuts et ne gardent pas mes commandements,
32 Je visiterai leur transgression avec la verge, et leur iniquité avec des coups ;
33 Mais je ne retirerai pas de lui ma bonté, et je ne démentirai pas ma fidélité ;
34 Je ne violerai point mon alliance, et je ne changerai pas ce qui est sorti de mes lèvres.
35 J'ai une fois juré par ma sainteté, si jamais je mens à David !
36 Sa semence sera à toujours, et son trône comme le soleil devant moi.
37 Comme la lune, il sera affermi pour toujours ; et le témoin dans les nues en est ferme."   (PAUSE)

Ainsi que nous pourrions ajouter cette parole de l’apôtre Paul touchant les promesses faites à Israël : "Car les dons de grâce et l'appel de Dieu sont sans repentir" (Romains 11:29).
 
 
L’infidélité et ses conséquences

Comment vivre dans cette perspective d’une grande bénédiction et ne pas aimer vivre dans l’esprit des choses que l’on attend, dans un esprit de paix et de fidélité à Dieu ? Nous pouvons nous interroger… Nous lisons encore dans une lettre de l’apôtre Paul : "toutes ces choses leur arrivèrent comme types, et elles ont été écrites pour nous servir d'avertissement, à nous que les fins des siècles ont atteints" (1 Corinthiens 10:11)… Ici, le Psalmiste poursuit par la transmission d'un discours sentencieux, comme exprimé par Dieu lui-même. L'histoire de son peuple est évaluée, et les désastres qu'ils provoquèrent…

38 Mais tu l'as rejeté et tu l'as méprisé, tu as été courroucé contre ton oint.
39 Tu as répudié l'alliance de ton serviteur, tu as profané sa couronne jusqu'en terre ;
40 Tu as rompu toutes ses clôtures, tu as mis en ruine ses forteresses :
41 Tous ceux qui passent le pillent ; il est en opprobre à ses voisins.
42 Tu as élevé la droite de ses adversaires, tu as réjoui tous ses ennemis ;
43 Tu as retourné le tranchant de son épée, et tu ne l'as pas soutenu dans la bataille.
44 Tu as fait cesser son éclat, et tu as jeté par terre son trône ;
45 Tu as abrégé les jours de sa jeunesse, tu l'as couvert de honte.   (PAUSE)

Un nouvel arrêt dans le chant du cantique, car il est important de penser aux paroles que l’on vient de prononcer. Il s’agit d’une sérieuse prise de conscience de la situation douloureuse dans laquelle le peuple d’Israël se trouve… Une prise de conscience, en vue d’un réel retour.


La prière

C'est le Psalmiste qui maintenant s'exprime dans cette méditation.
 
La faute, c’est celle de l’homme… Mais pourquoi l’avoir créé, s’il ne peut mieux ? C’est une question brûlante qui est ici posée, une question à côté de laquelle nous ne pouvons passer légèrement… Quel est l’avenir de l’homme si toute sa vie ne le conduit qu’à la mort ?

46 Jusques à quand, ô Éternel, te cacheras-tu à toujours, et ta fureur brûlera-t-elle comme un feu ?
47 Souviens-toi, quant à moi, de ce qu'est la vie : Pourquoi as-tu créé tous les fils des hommes pour n'être que vanité ?
48 Qui est l'homme qui vit et qui ne verra pas la mort, - qui sauvera son âme de la main du shéol ?   (PAUSE)

Pause… En effet, il faut s'arrêter sur cette question. Que de fois ne sommes-nous amenés à nous dire que Dieu paraît loin de l'homme dans sa douleur, et celui-ci n'être qu'un souffle qui passe (c'est le sens du mot hébreu repris ici par "vanité") qui s'en va inexorablement vers le séjour de la mort, le shéol... Question brûlante, et qui conduit à cette autre que les disciples posèrent au Seigneur : "Qui donc peut être sauvé ? " (Matthieu 19:25-26).
 
C'est un cri qui monte alors vers Dieu, dans le souvenir de temps passés, et le souvenir des promesses...

49 Où sont, Seigneur, tes premières bontés, que tu as jurées à David dans ta fidélité ?
50 Souviens-toi, Seigneur, de l'opprobre de tes serviteurs, - je porte dans mon sein celui de tous les grands peuples, -
51 L'opprobre dont tes ennemis couvrent, ô Éternel, dont ils couvrent les pas de ton oint.

Y aura-t-il une fin aux tourments du peuple, à l'opprobre des serviteurs de Dieu, - et le rédacteur ajoute ici la terrible pression des grandes nations, faisant allusion peut-être à la situation du peuple aux temps de la dernière rédaction de ce Psaume - pour revenir à la situation du roi, de David éprouvé ou un de ses successeurs, "oint de mon huile sainte" (89:20,38) qui est poursuivi pas à pas par des ennemis acharnés contre lui, comme lorsque David dût s'enfuir de devant Absalom (2 Samuel 17:22).
 
Qu'en est-il alors des promesses ? La question pouvait être posée, mais avec cette sagesse de s'en ouvrir devant Dieu avec confiance : "Souviens-toi, Seigneur..."
 
 
Doxologie

Ainsi se termine ce Psaume, et le Troisième Livre de ce recueil de cantiques témoin de la foi tandis que le fidèle est confronté aux grandes questions touchant l'humanité !

52 Béni soit l'Éternel pour toujours ! Amen, oui, amen !

C’est le cri de la délivrance, le cri de joie du racheté, de celui qui connaît la bonté de Dieu. Un cri comparable à celui de l'homme qui réalise sa liberté nouvelle dans la foi, par l'oeuvre de Jésus : "Misérable homme que je suis, qui me délivrera de ce corps de mort ? Je rends grâces à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur" (Romains 7:24-25).

 

ACCEDER
A L'INDEX
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Écrit par Eric dans L3c Psaumes 84 à 89 | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.